Alita, Battle Angel


« Goldorak » de Go Nagai © Toei Animation

Samedi, je suis allée en bande (famille + amis) voir le film Alita. Je ne suis pas fan des mangas, version papier mais je suis de la génération Goldorak, LA Révolution du dessin animé en France. Je me souviendrai toute ma vie (à moins que ma santé mentale ne disparaisse un jour) de l’arrivée d’Actarus sur la grosse télé de mes parents en 1978, je n’ai pas loupé un épisode !

Alors quand mes enfants ont commencé à regarder Dragon Ball Z, Pokemon ou Yugi-Ho (etc.), j’ai continué à être baignée dans cette culture japonaise complexe parce que ma progéniture ne me laisse pas trop le choix et avouons-le, je trouve l’imagination japonaise sympa. Forcément, je ne pouvais pas rater Alita.

© Twentieth Century Fox France / Twentieth Century Fox / Lightstorm Entertainment / Weta Digita

Je vous le dis d’entrée : j’ai adoré ! Pourquoi ? Parce que déjà, quand, dans le générique, le nom de James Cameron (producteur, le réalisateur étant Robert Rodriguez) apparaît, je suis enthousiaste (il a réalisé Avatar, quoi ! Le film est dans mon Top 5). Qu’un des acteurs est Christoph Waltz, qui sait s’imposer dans n’importe quel rôle., est un Gepetto moderne, je ne pouvais qu’adhérer au film avant de le voir. J’avais vaguement entendu parlé du manga de Yukito Kishiro. Mais ce sont les bandes-annonces qui m’ont décidé à aller au cinéma. Ce style d’univers me plaît beaucoup, mélangeant réalité et virtuel, richesse et pauvreté, haute technologie et recyclage…

Ce film est à plusieurs lectures, n’en déplaise à ses détracteurs. Le monde occidental s’inspire de l’Orient, mais l’inverse est aussi vrai. Vous y découvrirez des références classiques de nos contes… Du moins, c’est MA lecture du film.

Je comprends qu’on ne soit pas fan de ce type de cinéma, entièrement numérique. Mais n’oubliez pas, les personnages numérisés sont joués par de vrais acteurs qui ont fait un travail magnifique sur leur corps et leurs émotions pour que la réalité rejoigne le virtuel.


The cover of the first volume of Battle Angel Alita as published by Shueisha on September 19, 1991 in Japan. Source Wikipedia

Pari réussi.

5 Replies to “Alita, Battle Angel”

  1. Merci pour ce partage. J’aime beaucoup ce style de film…
    Je ne suis pas réfractaire au modernisme… Bien au contraire…
    J’ai vu plusieurs fois la bande annonce et ça me tente beaucoup…
    J’attendrai qu’il soit sur la plateforme de Google play film pour le regarder car je ne vais plus au ciné depuis pas mal de temps…
    J’aime bien les grands yeux de l’héroïne…. Ça rend super bien à l’écran…
    Je te souhaite une très bonne semaine 😀😀

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.